23/08/2004

1278748294

«Après sa demi, elle a compris!» (23/08/2004)
Carlos Rodriguez ne peut que se féliciter du retour parfaitement réussi de sa joueuse

ATHÈNES Il a beau avoir le sang chaud, son discours demeure toujours posé, réfléchi. Carlos Rodriguez sait bien où il va. Et où il voulait conduire sa protégée. En arrivant à Athènes, voilà deux petites semaines, il avouait marcher sur des oeufs. «Physiquement, on sait que Justine a récupéré de sa maladie. Son envie de jouer est énorme mais on part néanmoins dans l'inconnu. C'est pour ça que je ne peux pas placer les exigences trop haut. Je dois laisser Justine revenir à son aise et retrouver ses automatismes.»

Vrai mentor de la Rochefortoise, Rodriguez n'a eu de cesse de lui enlever la pression des épaules «même si, dit-il, elle va revenir plus vite que prévu». L'Argentin n'a jamais douté du retour de Henin mais il ne savait pas quand celui-ci s'opérerait. «A chaque match, je note une amélioration dans son jeu. Mais il faudrait un vrai test pour savoir où elle en est. C'est l'heure de l'examen », affirmera- t-il avant le quart de finale contre Mary Pierce.

Après l'accession de Justine dans le dernier carré, il nuança quelque peu son propos. «Justine passe avec bonheur toutes les étapes. Sa solidité mentale m'étonne. Toutefois, contre Myskina, elle franchira encore un cap dans son processus de retour.» Après ce match d'anthologie, Carlos Rodriguez saura que sa protégée est bel et bien revenue à son meilleur niveau. «Au début, elle n'y croyait pas trop. Mais, à la fin, elle fut la seule à rester convaincue qu'elle pouvait battre la Russe.»

«Elle était nerveuse»

Satisfait, le sympathique mentor sait que, désormais, il va pouvoir exiger plus de sa joueuse, la faire travailler comme elle le faisait avant de tomber malade. Il ne s'attendait toutefois pas à ce que Justine revienne aussi fort. Sa victoire contre Maures- mo, qui est quand même deuxième joueuse mondiale, l'a impressionné. «Elle fut exemplaire face à celle qui était la meilleure du moment. Elle a bien verrouillé le match, ne laissant jamais à la Française la possibilité d'imposer son rythme. La victoire de la veille en demi-finale lui avait fait prendre conscience de ses possibilités actuelles.»

Ce soir-là, Henin tarda à trouver le sommeil. «Elle était nerveuse. Elle ne s'est endormie que vers 2h. Quand elle s'est levée le matin, elle se sentait un peu fatiguée mais n'avait pas de courbatures. C'était bon signe. Elle a fait un peu de vélo et s'est entraînée très peu car il faisait très chaud.»

Ce qui n'a pas empêché la Belge de décrocher la timbale dans un contexte qu'elle découvrait. «Justine partait un peu dans l'inconnu par rapport à la symbolique des Jeux. Elle a été très bien accueillie par tout le monde et je tiens à souligner l'excellente collaboration du COIB. Jamais, ils ne lui ont mis la pression pour qu'elle aille à Athènes. Par contre, ils ont contribué à sa bonne forme en mettant un staff médical à sa disposition. Elle avait un peu mal au dos mais le kiné l'a soignée.»

Sûr que Carlos Rodriguez a, lui aussi, goûté aux joies des JO!

D. L.

© Les Sports 2004


www.dhnet.be

21:55 Écrit par jujufan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.