23/08/2004

''Rendez-vous dans quatre ans'' (23/08/2004)© PhotonewsJust

''Rendez-vous dans quatre ans'' (23/08/2004)
© Photonews
Justine a quitté Athènes enchantée par son expérience olympique

Tous les Jeux en direct

Les images du sacre de Justine

ATHÈNES Justine, vous voilà désormais championne olympique. Un résultat plutôt inespéré ?

«Il y a un mois, oui! Car, à l'époque, je ne savais même pas si je prendrais part à ces Jeux d'Athènes. Mais dès mon arrivée dans la capitale grecque, j'ai éprouvé d'excellentes sensations, tant physiques que mentales. J'étais bien dans ma tête et, surtout, bien dans mes jambes. Je pense qu'on l'a constaté sur le terrain...»

Quelle valeur accordez-vous à cette victoire, à ce titre olympique?

«Ecoutez, quand j'étais jeune, je rêvais, surtout, d'une victoire en Grand Chelem. Pas des Jeux Olympiques! Mais je dois bien avouer qu'après la semaine que j'ai passée à Athènes, mon opinion a changé. Pour tout dire, je n'avais jamais vraiment prêté attention aux Jeux. Croyez-moi, ce ne sera plus le cas à l'avenir! Et, si tout va bien, je vous fixe d'ores et déjà rendez-vous dans quatre ans!»

Comment s'est déroulé votre séjour au village olympique?

«On ne peut mieux! Vous savez, je n'avais pas l'habitude de côtoyer autant de gens. Sur le circuit, n'étant accompagnée que de Carlos et de Pierre-Yves, je vis en vase clos. Et, au village, nous étions en famille. Très sincèrement, l'engouement des membres de la délégation belge à mon égard m'a beaucoup touchée. Moralement, les savoir à mes côtés pendant les matches fut très réconfortant. Sans parler du public que je n'attendais pas aussi nombreux.»

Quel fut, dès lors, le moment le plus émouvant. La Brabançonne?

«Oui! Mais, surtout, le moment où on m'a appelée à monter sur le podium. Je pense que je n'oublierai jamais cet instant. Quant à la Brabançonne, je ne me souviens pas qu'on l'ait déjà jouée en mon honneur, si ce n'est peut-être avant un match de Fed Cup. Mais ce n'est pas pareil.»

Mais vous avez chanté! Vous en connaissez donc les paroles...

«Je les ai apprises à l'école!»

La cérémonie protocolaire? Encore un moment trop vite passé?

«Oui! Mais depuis ma victoire à Roland-Garros, où je n'ai pas vraiment réalisé ce qui se passait, j'ai décidé de savourer au maximum ces moments privilégiés. Ce fut donc court mais bon. En tout cas, ce fut un moment particulièrement émouvant. Je m'en souviendrai longtemps.»

Visiblement, vous vous êtes liée d'amitié avec notre gymnaste, Aagje Vanwalleghem...

«Tout à fait! Depuis mon arrivée à Athènes, c'est elle qui m'a le plus émue. Etant la plus jeune de la délégation, elle est, en quelque sorte, notre mascotte. Je savais qu'elle était très heureuse à l'idée de venir voir son premier match de tennis en live, c'est pourquoi je n'ai pas hésité à lui offrir mon beau bouquet de fleurs.»

D'autres étaient également bien présents, comme Cédric Gohy et Jean-Michel Saive...

«Oui! Je les en remercie d'ailleurs... Pour ce qui est de Cédric, j'ai mesuré, lors de ces Jeux, combien j'ai de la chance de pratiquer un sport médiatisé. D'autres, comme lui, ne l'ont pas et, pourtant, ils consentent autant d'efforts pour arriver au sommet. Je voudrais profiter de l'occasion pour leur tirer un grand coup de chapeau. Ils le méritent bien!»

Aucun doute: Justine a quitté Athènes enchantée par son expérience olympique. Sa première mais, sans doute, pas sa dernière...

ENVOYÉ SPÉCIAL EN GRÈCE GUY BEAUCLERCQ


MAGIQUE !
Mais où ce petit bout de femme va-t-elle chercher cette incroyable force mentale ? Car si son talent si pur est une réalité sur laquelle Amélie Mauresmo, après Anastasia Myskina, a vu ses plus belles illusions olympiques se fracasser, derrière la fantastique médaille d'or qui, aujourd'hui, pend au cou de Justine Henin, se cachent tout à la fois une énorme volonté de vaincre et le souci de perpétuellement améliorer ses points faibles. Car il ne faut pas s'y tromper: si, avec elle, tout semble si facile à exécuter sur un court, sa réussite est aussi et avant tout la fusion exemplaire de paramètres que seuls des champions d'exception sont capables de dénicher. Ce n'est pas pour rien si, aujourd'hui, à 22 ans à peine, Justine Henin peut déjà présenter un palmarès hors du commun, palmarès sur lequel brillera en lettres d'or, pour l'éternité, un titre olympique, sans doute le seul que la Belgique ramènera de ces JO d'Athènes. Un titre qu'elle est allée chercher avec cette classe folle qui habite ce bras droit magique, celui avec lequel elle n'eut cesse, dans cette finale olympique, de diriger une partition qui a frisé la perfection. Et dire qu'elle n'en était qu'à un tournoi de... reprise avec quatre mois d'arrêt forcé. Mais quand on possède autant de talent et que la faim d'émotions et de succès nourrit vos frustrations, vous êtes forcément exacte au rendez-vous de la gloire. C'était le cas pour Henin ce samedi soir que jamais la Belgique n'oubliera tant sa championne d'exception lui a procuré le grand frisson du bonheur!

© Les Sports 2004


G. B.

© Les Sports 2004

www.dhnet.be

21:59 Écrit par jujufan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.