06/09/2004

Henin: «Je vis au jour le jour...» (06/09/2004)© BelgaEll

Henin: «Je vis au jour le jour...» (06/09/2004)
© Belga
Elle ne se considère pas comme la favoriteà Flushing Meadow

NEW YORK Elle a encore la mine pâlotte et le nez quelque peu rouge mais entre-temps, elle a repris des couleurs. Justine Henin (WTA 1) s'est rassurée sur son état de forme, ce week-end, à Flushing Meadow, en dominant, samedi, au terme d'un match très propre, Lisa Raymond (WTA 30), 31 ans, 6-4, 6-3 pour se hisser en huitièmes de finale de l'US Open.

«J'ai changé mon fusil d'épaule, à l'issue de mon deuxième tour, en affichant un état d'esprit beaucoup plus serein et constructif, expliqua-t-elle. Ce fut la clef de ma réussite. J'ai encore commis des fautes, mais j'estime ne pas avoir connu de moments de flottement, même si elle est revenue de 4-1 à 4-4 dans le premier set. Je savais que je devais être sur mes gardes, car c'est une joueuse très intelligente. Il n'y a pas beaucoup de filles qui se montrent fortes tactiquement sur le circuit. La plupart frappent sans réfléchir...»

Petit à petit, à l'instar de l'oiseau, Justine Henin est en train de faire son nid dans cet US Open. Certes, jusqu'à présent, elle n'a pas impressionné les Américains, en extase devant les tenues provocantes de Serena Williams, mais entre-temps, elle se retrouve en deuxième semaine, alors que d'autres, comme Anastasia Myskina (WTA 3) et Maria Sharapova (WTA 7), ont déjà dû plier bagages. Prudente comme si elle craignait qu'un excès d'optimisme ne lui porte malheur, elle se refuse, cependant, à tirer des plans sur la comète.

«Je n'ai peur de personne»

«Je n'aime pas vivre dans le passé, ni me projeter dans l'avenir. Cela n'apporte pas grand-chose. Il n'y a que, lorsque je suis revenue à Roland-Garros, que j'ai repensé à ma victoire, car elle avait dégagé tant d'émotions. Ici, je vis vraiment au jour le jour. Et je ne me considère certainement pas comme la favorite. J'ai le sentiment que tout le monde peut aller au bout du tournoi, car il n'y a pas une joueuse qui sort du lot pour l'instant. C'est la preuve que la première semaine peut se révéler beaucoup plus difficile que nombre de gens pensent. Je n'ai, certes, peur de personne, mais je respecte tout le monde.»

Ce lundi, la championne olympique devra sans doute encore hausser d'un ton le niveau de son jeu si elle désire poursuivre son séjour à New York, même si en la personne de Nadia Petrova (WTA 14), elle trouvera, de l'autre côté filet, une joueuse qu'elle a battu cinq fois sur cinq. Il s'en est d'ailleurs fallu de peu que son adversaire se nomme Silvia Farina Elia (WTA 21), la Russe, demi-finaliste à Roland-Garros l'an dernier, devant écarter une balle de match dans le tie-break du deuxième set pour finir par s'imposer 4-6, 7-6 (8/6) et 7-6 (7/3).

«Je le conçois comme une étape supplémentaire. Il s'agira d'un nouveau test. C'est vrai que je n'ai encore jamais perdu contre Petrova, mais cela, ce sont des chiffres. Cela ne comptera plus au moment de monter sur le terrain. C'est une grande frappeuse, qui a une forte personnalité. Je suis certaine qu'elle aura puisé beaucoup de confiance dans cette victoire. Je devrai répondre présent, une fois de plus...», conclut Justine.

S. F.

© Les Sports 2004

www.dhnet.be

 


14:05 Écrit par jujufan | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

elle a la grosse tête Il n'y a pas beaucoup de filles qui se montrent fortes tactiquement sur le circuit. La plupart frappent sans réfléchir...»

après on dira qu'elle est humble et modeste.

Écrit par : alex | 06/09/2004

Les commentaires sont fermés.