13/01/2005

"Justine m'impressionne par sa volonté" - lalibre.be

«Justine m'impressionne par sa volonté»
Ph.Lac.


Pat Etcheberry, préparateur physique,
a trouvé Justine Henin-Hardenne dans un état d'esprit exemplaire.

Agassi, Courier, Sampras, Bruguera, Kafelnikov, Medvedev, Seles, Sanchez, Capriati, Majoli et, bien sûr, Henin: tous ces noms ronflants ont, un jour ou l'autre, obéi aux ordres formels de Pat Etcheberry. Le «sorcier» de Saddlebrook est le dernier en date à s'être occupé de la préparation de Justine Henin. Quand il nous a rencontré, il ne se doutait évidemment pas, comme nous, que la Belge allait devoir brutalement mettre un terme à son retour à la compétition.

«En fait, ici, ce n'est pas véritablement la préparation de l'Open d'Australie qui constituait notre objectif, précise Pat Etcheberry, mais plutôt la perspective de lui donner de bonnes bases physiques pour l'ensemble de la saison. A mes yeux, elle était d'ailleurs physiquement prête pour Melbourne. Ce qui lui manquait le plus, c'était l'accumulation des matches. Et ce n'est possible qu'à travers la véritable compétition.»

Pour le reste, Pat Etcheberry a effectivement trouvé sa «cliente» dans un état d'esprit exemplaire. «Henin, c'est un plaisir de travailler avec elle. Elle me fait irrésistiblement songer à Jim Courier car, comme lui, il suffit de lui dire de faire quelque chose, et elle l'effectue immédiatement. Croyez-moi, c'est loin d'être le cas des autres joueurs de haut niveau avec lesquels j'ai pu travailler et je travaille encore. Pour nombre d'entre eux, à la différence de Henin et de Courier, je devais ou je dois tourner les exercices en jeu pour qu'ils les appliquent.»

Pas Justine Henin. Monstre de volonté et dont l'esprit est perpétuellement rivé sur la perfection. «Tout de suite, j'ai été impressionné par son volume de travail. A ce niveau, de toutes celles dont j'ai eu à m'occuper, elle est de loin la meilleure. Au début de notre collaboration, il fallait lui donner une base de travail sur du long terme. Mais aujourd'hui déjà, quand on se retrouve, on arrive plus vite à l'objectif recherché.»

Sous les ordres de ce naturalisé américain dont la base est donc fixée à Saddlebrook, Justine Henin travaille forcément la base de ses coups naturels mais aussi, et surtout, le placement de ses pieds, la tonicité du premier démarrage, bref tout ce qui touche de près ou de loin le bas de son corps. «Elle est loin d'avoir atteint son véritable potentiel. La première fois qu'on s'est rencontré, elle m'a demandé de l'aider à devenir n°1 mondial. Elle y est arrivée. Désormais, et c'est la promesse que je lui ai faite, je veux la ramener à cette première place mondiale pour de nombreuses années!»

Un pari qui vient de connaître un coup d'arrêt imprévu. Mais connaissant les deux, ce n'est que partie remise...

© Les Sports 2005

Pat à l'oeuvre :) (photo du site de Saddlebrook)


Source: www.lalibre.be

20:55 Écrit par jujufan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.